• L’impression 3D programme la fin de l’obsolescence programmée

    Nous avons tous constaté que certains produits ou articles ont des délais de fonctionnement programmés par le fait même de leur mode de fabrication. La consommation des produits et le marketing du jetable règnent dans l’état de l’art de la réalisation des articles que nous achetons.

    Le fait de pouvoir imprimer en 3D certaines pièces des objets que nous utilisons, voir même l’objet dans sa globalité, change la perception de l’utilisateur ou de l’acheteur vis-à-vis du produit concerné.

    Sans négliger l’aspect écologique de la démarche, le prolongement du cycle de vie d’un produit ou d’un article se positionne dans un cadre économique, soit au niveau de l’individu soit au niveau de l’entreprise.
    La possibilité de pouvoir imprimer certaines pièces usées ou cassées prolonge le cycle de vie des produits utilisés et impacte directement des économies à l’échelle des individus et des entreprises.

    Par ailleurs l’argument qui consiste à dire «  ce produit n’existe plus dans notre catalogue »  ou « le produit est trop vieux, nous n’avons plus les pièces de réparation en stock » ces arguments sont en voie de disparition.

    Les industriels et les fabricants devront tenir compte de cette mutation afin de pouvoir adapter la structure de réalisation de leur produit dans le cadre de ce nouveau paradigme.

    Categories: Non classé

    Étiquettes :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *